L’automne en images

J’aime mon Québec. On y traverse 4 saisons chaque année sur 60 degrés. Du changement entre l’éternelle chaleur et le froid intense de nos paysages blancs. Entre les deux, il y a l’automne. Cette saison riche en couleurs et parfaite en température nous permet de décrocher et de faire le plein d’images de couleurs fantastiques.

Chacune de mes photos sont retouchées pour les contrastes et l’intensité des couleurs. En effet, l’œil capte toutes les nuances de la nature, mais mes talents de photographe ont besoin d’un peu d’aide pour recréer ces moments croqués sur le vif.

Nous sommes allés nous promener dans Rougemont et ses environs, en Montérégie. Quel pays magnifique. Bon voyage!

_MG_4476_mod _MG_4479_mod _MG_4483_mod _MG_4486_mod _MG_4492_mod _MG_4505_mod _MG_4508_mod _MG_4521_mod _MG_4523_mod _MG_4526_mod _MG_4528_mod _MG_4535_mod _MG_4566_mod _MG_4577_mod _MG_4606_mod _MG_4632_mod _MG_4644_mod _MG_4657_mod _MG_4671_mod IMG_4608_mod IMG_4676_mod IMG_4678_mod

IMG_4551_mod IMG_4667_mod

Newport – Rhode Island : opulence par excellence

De retour d’un périple de 3 jours au Rhode Island. Plus précisément à Newport. Selon la route que vous prenez et la circulation, prévoyez 6h30 à 7h de voiture pour vous rendre. Je vous invite à suivre ce voyage en photos; dans cet État où les richesses témoignent de la réussite d’industriels d’une autre époque.

À notre arrivée, nous avons été agréablement surpris par l’abondance d’arbres matures. L’atmosphère ressemble aux vieux quartiers de Saint-Lambert par exemple. Les maisons entourant notre gîte (Bed & Breakfast) ainsi que le gîte lui-même rappelle une époque passée. Notre gîte est la maison jaune aux volets rouges. Charmant endroit et les déjeuners extrêmement copieux, je vous le recommande : The Beech Tree Inn.

_MG_3815_mod _MG_3823_mod _MG_3825_mod _MG_3835_mod _MG_3844_modAprès avoir déposé nos choses, nous sommes allés nous promener sur une des plages : l’eau devait être autour de 72 degrés. Parfait pour une marche, mais pour la baignade, on repassera. Nous avons été chanceux, il a fait plutôt beau ou nuageux. Ni trop chaud ni trop froid. Si vous voulez y aller dans le temps des grandes vacances, il doit y avoir du monde en pas pour rire. Pour notre part, nous étions très bien. Voici les images de cette fin de première journée.

_MG_3865_mod _MG_3877_mod _MG_3909_mod _MG_3989_mod _MG_4009_mod _MG_3996_mod _MG_4015_mod _MG_4031_mod _MG_4049_mod _MG_4054_mod _MG_4105_mod _MG_4134_mod _MG_4147_mod _MG_4153_modÇa vous donne le goût? Attendez, vous n’avez rien vu encore.

Imaginez-vous dans le temps d’Hercule Poirot : fin 1890 début 1900. Les premières voitures apparaissent, l’ère industrielle bat son plein. Les hommes s’enrichissent démesurément dans l’industrie des mines de charbon, de cuivre, dans l’importation d’épices de Chine. Les femmes s’occupaient de la maison, que dis-je, des manoirs, et des 40 employés tout en organisant des joutes oratoires plus inutiles les unes que les autres. Les commérages étaient légion, c’est tout ce que le monde avait à faire. Parfois on montait à cheval ou on jouait au tennis. On concluait des ententes sur la parole et l’honneur. Les temps ont bien changé.

L’État ne percevant pas d’impôt, tout l’argent allait directement dans les poches de ces magnats des mines et ces commerçants. 30 millions de dollars, en 1900, c’était tellement d’argent que ces hommes ne savaient presque plus quoi en faire. C’est dans cette atmosphère que je vous emmène. C’était l’odieuse époque de l’abondance pour soi. Je n’y vivrais pas, certainement pas, mais les vestiges restent d’une beauté impressionnante.

Dans une journée, si vous écoutez tous les détails de l’audio-guide de A à Z ou bien en haute saison : 3 maisons dans une journée, c’est réaliste. Puisque nous étions en basse saison et que nous voulions en voir le maximum, nous avons préféré faire le principal des audio-guides et nous avons vu 5 manoirs. Premier arrêt : l’immense demeure pour acheter nos billets et sa bibliothèque. Ça donne le ton.

_MG_4185_mod IMG_4183_modVoici quelques images prises dans le quartier entourant ces immenses manoirs.

_MG_4161_mod _MG_4164_mod _MG_4188_mod

_MG_4208_mod _MG_4209_mod

Les photos intérieures sont normalement interdites. Je n’ai pu en prendre qu’une avant de me faire avertir. Voici donc la seule photo intérieure du premier château que nous avons visité : le Elms.

_MG_4199_modVous êtes toujours dans l’atmosphère de richesses? À l’intérieur, tout est immensément chargé : les murs de 20 pieds, les rideaux en velours et autres tissus lourds et riches, des plafonds avec des poutres décorées et des ornements en tête d’ange, des œuvres d’art, et j’en passe. Voici l’extérieur du Elms.

_MG_4192_mod _MG_4193_mod _MG_4195_mod _MG_4198_mod _MG_4201_mod _MG_4202_mod _MG_4203_mod _MG_4205_modÀ l’époque, les apparences étaient tellement importantes, que des entrées cachées étaient aménagées pour recevoir la nourriture et autres marchandises sans que les invités ni les propriétaires ne s’en aperçoivent. C’est presque triste, non? Mais c’était les mœurs du temps.

_MG_4200_modLe second manoir, à mon goût, reste le plus sombre et le plus chargé de tous. Le propriétaire l’a nommé Château-sur-mer : il avait fait des études en France. Mais c’était noir là-dedans. Très riche, beaucoup de boiseries et de tissus imprimés à faire décoller la rétine. Mais ça, c’était comme ça à peu près partout : on était riche, il fallait le montrer.

_MG_4213_mod

Ensuite, nous avons visité The Breakers : riche, chargé, immense; à voir._MG_4218_mod_MG_4221_mod_MG_4231_mod_MG_4233_mod_MG_4237_mod_MG_4238_mod_MG_4248_mod_MG_4252_mod_MG_4256_modL’avant-dernière demeure s’appelle Rosecliff. La décoration de celle-ci était plus sobre, pour autant qu’on puisse être sobre !?! L’architecte en avait assez de voir des imprimés psychédéliques à chaque pouce carré alors il a voulu alléger le tout. Un peu. L’intérieur vaut le détour et les ornements font rêver.

_MG_4263_mod _MG_4264_mod _MG_4269_mod _MG_4270_mod _MG_4271_mod _MG_4279_modLe dernier manoir, mais non le moindre, s’appelle Marble House. Il porte bien son nom : cette maison contient 7 millions de dollars de marbre. Des dollars du début du siècle dernier. C’était le cadeau du propriétaire à sa tendre épouse pour ses 39 ans. Puisque les murs, plafonds, planchers sont en marbre, cette demeure était utilisée 6 semaines par année. Une maison d’été comme une autre. Malheureusement, le couple a divorcé quelques années plus tard.

Pour revenir à la demeure, un incendie a ravagé une partie de la maison. Pour réparer rapidement les dommages, un faux fini a été peint sur les murs réparés. C’est à s’y méprendre d’avec le marbre original. Par contre, une grande partie de la maison est intacte avec le marbre de l’époque. C’est ridiculement riche et à faire rêver. Ils avaient tellement d’argent qu’une pièce est vêtue d’une tapisserie en or 22 carats et une autre salle avait des bandes en platine sur les murs. C’est fou hein? Vous devrez vous y rendre pour voir ça. De toutes les demeures visitées, la plus impressionnante, c’est The Marble House.

_MG_4280_mod _MG_4284_mod _MG_4287_modÀ l’arrière, il y a une Tea House (maison de thé), une sorte de pavillon qui a une vue imprenable sur l’océan, similaire à celle de Rosecliff puisque ces manoirs sont voisins.

_MG_4294_mod_MG_4304_modÀ la fin de la journée, nous nous sommes promenés sur la route panoramique en prenant des photos ça et là pour le plaisir.

_MG_4436_mod _MG_4306_mod _MG_4317_mod _MG_4324_mod _MG_4345_modLe lendemain, nous nous sommes promenés sur la passerelle aménagée pour les piétons. Nous avions un autre point de vue que celui de la rue sur les résidences du collèges et sur les propriétés du bord de l’eau. La mer était sous nos pieds, de quoi prendre le large. Les soirs de tempêtes : ça ne doit pas être beau à voir; et en haute saison : ça doit être noir de monde. À l’automne, les feuillus s’habillent sans doute de leurs plus belles couleurs. Nous avons pu profiter de la tranquillité post-rentrée scolaire et du bruit des vagues. Magique.

_MG_4374_mod _MG_4378_mod _MG_4382_mod _MG_4395_mod _MG_4397_mod _MG_4407_mod _MG_4415_mod _MG_4418_mod _MG_4430_mod _MG_4370_modFinalement, avant de reprendre l’autoroute vers notre chez-nous, nous avons fait un petit arrêt à la marina.

_MG_4440_mod _MG_4442_modEn sommes, le Rhode Island cache des richesses magnifiques et les manoirs de Newport valent le détour. Un beau voyage très plaisant, surtout si la Température est de notre bord.

Chez-moi

Il y a quelques semaines, j’ai posé une question à mon père : parmi tous les appareils photos que tu as eus dans ta vie, ton préféré là, c’est ta grosse caméra noire des années 80, non? Et il m’a regardée avec des grands yeux et un immense sourire en faisant oui de la tête. Cet appareil photo pesait 3 tonnes et quart, mais c’est vrai qu’il était d’une très grande qualité. Sauf erreur, il s’était fait ce cadeau pour l’Expo 67. Dans ma grande naïveté, je lui ai posé une autre question : pourquoi tu ne l’as pas gardée alors? Il m’a répondu par une question : es-tu capable de trouver un film 35 mm toi?  J’ai bien ri de ma question et de sa réponse. Malgré tout, l’idée a germé dans mon esprit. Non pas pour trouver un film 35 mm, mais bien pour sauter encore plus loin dans le merveilleux monde de l’optique.

Dans la vie, je trouve important de se faire plaisir pour se faire plaisir. Alors, j’ai magasiné un appareil photo. J’en voulais un bon que je pourrais adapter à mon télescope.  J’ai donc demandé des conseils à quelques personnes qui affectionnent particulièrement ce loisir. Et j’ai fait mon choix sur une Canon 70D avec une lentille 18-200 mm. La prochaine étape est de ramasser mes sous pour me payer l’objectif pas achetable Canon 100-400 mm avec son filtre B+W 77 mm et le pare-soleil qui couronnera le tout. Si vous vous embarquez là-dedans, dites-vous que c’est un vide poche. Par contre, quand on sait compter, on y arrive très bien et la satisfaction derrière le plaisir de prendre des photos n’en est que maximisée. Quoiqu’il en soit, même avec une lentille 18-200 mm, cette petite machine réussit des merveilles.

Depuis plusieurs années, les appareils photos intégrés aux cellulaires font très mal aux compagnies produisant de véritables appareils. J’ai moi-même immortalisé mon voyage aux Bermudes au complet avec mon téléphone. Par contre, j’ai essayé d’améliorer le visuel d’une de ces photos à l’aide de Photoshop… Au secours! Il n’y a pas grand-chose à faire avec ça. Comme me l’a si bien dit un collègue photographe : les cellulaires sont excellents pour le souvenir, moins pour la photo.

Bien humblement, je vous présente mes premiers clichés réalisés chez-moi. Soit dans ma cour ou dans mon coin de pays, tout près de la rivière Richelieu et du Mont Saint-Hilaire. Ces photos, pour ma part, sont plus vraies que nature. Elles ne servent qu’à me faire plaisir; ni plus, ni moins. Elles m’ont fait sourire, rigoler, ronchonner (surtout quand Photoshop ne collabore pas à ce qu’il y a dans ma tête). Au bout du compte, je suis très heureuse des images ainsi réalisées. J’ai eu envie de les partager simplement pour le plaisir.

Vous imaginez ce que donnerait la Lune, Jupiter, Mars ou Saturne avec ça? Chaque chose en son temps. Pour l’instant, je vous souhaite un bon visionnement de mon chez-moi.

IMG_0016_mod

Prunius derrière la maison

IMG_0038_mod

Fleur sur le côté de la maison – j’aime l’effet clair-flou du focus

IMG_0042_mod

On dirait un feu d’artifice

IMG_0113_mod

Fèvier devant la maison

IMG_0139_mod

Hémérocalle devant la maison

IMG_0209_mod

Hémérocalle après la pluie

IMG_0288_mod

Le long du Richelieu. C’en est une qui m’a donnée du fil à retordre

IMG_0386_mod

Un plan de framboise perdu. Il était tout seul.

IMG_0414_mod

Mont Saint-Hilaire à droite

IMG_0431_mod

Pont pour les trains

IMG_0471_mod

Mont Saint-Hilaire

IMG_0533_mod

L’instant. La fraction de seconde de vie de la vague.

IMG_0640_mod

Pour ne pas me déranger, parfois, les bateaux ralentissaient devant moi. Au contraire, faites de la vague!

IMG_0724_mod

Déformation. Les beautés du ciel.

IMG_0054_mod IMG_0099_mod IMG_0155_mod IMG_0196_mod IMG_0222_mod IMG_0247_mod IMG_0293_mod IMG_0320_mod IMG_0407_mod IMG_0456_mod IMG_0586_mod IMG_0729_mod

N’en rajoutez plus, la lune est pleine!

En vedette, encore, notre satellite naturel : la lune. La nuit dernière, elle était à 2 secondes d’être pleine. Ronde dans toute sa splendeur! Cette lune reste extrêmement brillante alors les reliefs demeurent peu visibles. Je vous invite à comparer ces photos à celles de mon article précédent pour constater les différences. Pour jouer avec les images, j’utilise un logiciel me permettant d’ajuster les contrastes, les couleurs, les textures : RegiStax venant avec la caméra Neximage compatible avec mon télescope. Qu’à cela ne tienne, la lune a bien voulu être mon modèle l’espace d’une heure. Si lointaine, elle remplit l’objectif plus que ce que le client en demande.

Sur ce, bon voyage et profitez du modèle : elle est là chaque nuit. Levez les yeux et voyez au-delà de la Terre, ne serait-ce que pour prendre conscience de la beauté qui nous entoure et à quel point nous sommes chanceux d’avoir notre planète Bleue.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Le plus beau des satellites

Bonsoir, oh oui, bonsoir.

La nuit favorise l’état de pleine conscience. Le calme, la paix, la tranquillité se côtoient calmant les cerveaux les plus en ébullition. L’astronomie et l’astrophotographie sortent du quotidien et favorisent cet état de sérénité. Tant d’objets prennent une dimension nouvelle lorsqu’un télescope ose s’interposer entre ces éléments et notre œil. L’optique nous rapproche à un point tel qu’on a l’impression de pouvoir toucher l’immensément loin seulement en tendant le bras. Le plus beau des satellites demeure sans contredit la lune. Cette boule aux nuances de gris a été l’inspiration de multiples poètes et écrivains depuis que le monde est monde offrant aux lecteurs les plus beaux espoirs d’y trouver toutes sortes de merveilles.

Les illusions tombent lorsque la lune a permis à l’homme de perturber sa surface. En effet, il n’y a pas de magie, pas de diamant, pas de métaux précieux, pas d’habitant. Rien. C’est le désert de poussières. La mission Apollo 11 avec à son bord Neil Armstrong, Edwin (Buzz) Aldrin et Michael Collins, a été la première visite humaine en cette terre inconnue. Les recherches spatiales ont contribué au développement de multiples innovations technologiques pour ensuite être adaptées pour la vie terrestre.

L’étude de l’espace infini documente les origines de notre monde et nous permet de comprendre que tout ce qui existe a commencé par un big bang et que nous sommes entourés d’éléments gazeux ou rocheux. La Terre abrite la vie simplement parce que son orbite est située à la bonne distance du soleil pour avoir une surface ni trop chaude ni trop froide. Ça vous refroidit les ardeurs des religions quant à leurs lubies sur les origines du monde, non? Tout ça pour dire que nous sommes le résultat d’une explosion de gaz sur des roches. Charmant.

Pour mon plaisir, je partage ici quelques photos prises ce soir. Laissez-vous bercer par votre imagination; qui sait, on se reverra peut-être là-bas.

lune_20h_20131108 lune_20h01_20131108 lune_20h02_20131108

Astronomie : science captivante et infinie

Quand j’étais plus jeune, j’aimais regarder les étoiles de temps en temps. Je trouvais ça beau. Récemment, j’ai lu Patience dans l’azur de Hubert Reeves et cet ouvrage m’a redonné le goût de lever le nez en l’air.

Aujourd’hui, j’ai un peu plus de moyens alors je me suis fait un cadeau à moi de moi : un télescope. Je voulais un appareil qui puisse m’aider à observer notre ciel et être assez performant pour me guider parmi ces multiples étoiles. Après avoir fait mes devoirs, je suis allée dans une charmante boutique à Longueuil : Lire la nature. C’est une petite entreprise dirigée par 4 personnes et ils vous guident merveilleusement bien dans vos choix. J’avais 2 critères principaux : mon budget et la portabilité de l’appareil. Pour le budget que j’avais, j’aurais pu choisir un appareil plus imposant, mais il n’était pas portatif pour 5 sous. Comme j’ai dit au jeune homme qui m’a conseillée : je ne reste pas à Sept-Îles alors il doit être portatif pour m’en servir ailleurs qu’à la maison. Finalement, j’avais bien fait mes recherches puisque le Celestron Nexstar 6 SE était un bon choix pour moi et c’était également ma conclusion. Voici le monstre :

telescopeSur la photo ci-dessus, vous le voyez sur la table de ma salle à manger. Pour l’observation, il vient avec un trépied et non pas ma table. Vous avez peut-être remarqué le bouton à sa base. Cet appareil est motorisé. Et oui, cette merveilleuse petite machine est équipée d’une base de données et d’un GPS qui peut situer les astres en fonction de l’endroit où vous vous trouvez. Vous voulez voir Saturne? Qu’à cela ne tienne : après l’avoir aligné, vous pesez sur le piton « Saturne » et comme un transformer il pointe l’objet demandé. Oui, je sais, c’est complètement fou. J’adore.

Pour alimenter ce petit bidule, je vous suggère de vous procurer un Power Tank. C’est comme une immense batterie.

powertankAinsi, vous pouvez alimenter votre télescope n’importe où. Il est muni de 2 lampes de poche : la grosse blanche c’est pour vous guider sur votre lieu d’observation, mais pour vous installer, il est préférable d’utiliser la lumière rouge. Votre œil s’habituera plus rapidement à l’observation du ciel si autour de lui il n’y a pas de lumière forte blanche. Ça a bien adonné pour moi puisque mon télescope était en spécial. Avec les sous économisés, je me suis équipée avec un coffre de transport de la compagnie Celestron :

coffre

Le coffre n’est absolument pas une obligation pour le transporter, mais si vous êtes légèrement brise-fer et que vous voulez observer les étoiles ailleurs qu’à la maison, je vous le recommande : il y a des protections partout et le coffre lui-même est solide. Si vous utilisez un autre moyen, gardez simplement en tête que les oculaires et le tube du télescope restent des accessoires très fragiles.

Commencer l’astronomie avec le Celestron Nexstar 6 SE reste un peu ambitieux, mais je préférais investir autant au départ et y aller une étape à la fois. Pour m’aider, mon conseiller chez Lire la nature m’a suggéré le guide pratique de l’astronomie : utile pour les grands enfants. En effet, les explications demeurent claires, simples et excellentes pour commencer.

Au début, ce hobby demande beaucoup de patience. Mes premières tentatives n’ont pas été fructueuses. Je me suis obstinée à essayer d’observer une étoile : l’objet est trop petit. Puisque je ne voyais pas la lune de ma cour arrière, je me disais « Pfffff pas besoin de la lune, n’importe quelle étoile fera l’affaire pour m’aligner ». Bon oui, à la base, ce n’est pas faux, mais l’alignement d’un télescope n’est pas comme viser une cible en tir à l’arc : la moindre déviation fera en sorte que vous allez chercher votre étoile longtemps. Suggestion : commencez vraiment par observer la lune et laissez faire le péché par orgueil. Ce satellite est assez gros pour faciliter l’alignement de votre appareil.

Hier soir, j’ai lâché la chasse aux étoiles pour observer la lune. La première fois que vous réussissez à observer quelque chose de clair dans votre télescope c’est un wow garanti! Ça coupe le souffle. La lune arrive dans mon oculaire et j’ai fait le saut. Le temps s’est arrêté pendant quelques secondes. J’ai réussi à faire le focus, mais cette bille blanche reste un modèle fuyant : le satellite terrestre se promène et c’est détectable à l’œil dans le télescope. Pour prendre les 2 photos ci-dessous hier soir, je m’y suis prise à plusieurs reprises parce que la lune se promène trop rapidement. C’était très comique de me voir essayer de poser avec mon cellulaire sur l’oculaire du télescope et la lune qui se sauve. Pour le moyen, je trouve ces clichés magnifiques!

Lune1

Toujours la lune mais avec un peu moins de nuages devant son nez :

lune2

N’est-ce pas qu’on oublie tout le reste quand on regarde ça? J’ai réussi à voir la lune et j’ai le goût de lui faire un autre coucou. Le ciel est immense et contient une infinité d’astres, d’étoiles, de galaxies. J’ai de quoi m’amuser en masse. Cependant, dès qu’on voit quelque chose, on a systématiquement envie de le partager. Par conséquent, dans le futur, je voudrai tranquillement m’améliorer en astrophotographie. Alors, petit à petit, je m’équiperai d’un oculaire plus puissant pour mon télescope, d’un appareil photo adapté, d’un logiciel pour jouer avec les photos, etc. J’utiliserai la section « Astronomie » de ce blogue pour partager mes découvertes. Doucement, tranquillement, chaque chose en son temps. C’est quand même la nuit que ça se passe et malheureusement il importe de dormir de temps en temps.

Le ciel a tant de beautés à offrir. Je vous invite à faire le voyage avec moi.

Conflit étudiant : la fin, c’est pour quand?

Je n’ose même plus employer le terme « grève » parce que je me fais rappeler qu’une grève est faite par des salariés; ni boycott parce que je me fais rappeler qu’une grève de la faim n’est pas un boycott de la faim. Tant qu’à faire un abus de langage, j’emploie le mot « conflit ». Comme ça, tout le monde est content.

J’ai déjà écrit sur le conflit. Afin de dénouer l’impasse, je suggérais aux étudiants de dénoncer la violence, comme beaucoup d’autres l’ont demandé. Ils l’ont fait et il y a eu un début de porte ouverte au bureau de la ministre démissionnaire Line Beauchamp. Je parlais aussi de l’après grève étudiante. Dans le temps où j’employais le mot « grève », je présentais simplement que les Libéraux se fichent d’être réélus. Et ils s’en fichent encore : après tout près de 10 ans de règne, ils se disent que ce n’est pas si mal et qu’il est temps de se retirer dans le Nord comme cadre dans une entreprise pour laquelle ils ont obtenu des contrats.

Depuis la loi 78, chaque partie s’arrache les cheveux pour trouver qui agit de façon la plus abominable, vidéos et photos à l’appui. Je me sens dans une classe de maternelle alors que 2 enfants se tiraillent pour déterminer lequel des pères est le plus fort. Nous nageons en plein délire d’enfantillages. Nous lisons des commentaires d’un côté et de l’autre, chacun se gonflant le torse pour être plus sarcastique que l’autre, plus ironique que l’autre, plus acerbe que l’autre, et j’en passe. Le conflit dégénère en guerre de pouvoir et d’orgueil mal placé supposément pour le bien de tous.

Oui il y a des dérapages des policiers, tout comme des actions ridicules du côté étudiant. Je pense encore que la très grande majorité des policiers est là pour protéger et servir. En lisant ces lignes, les polémistes voudront me prouver le contraire en me présentant 4-5 vidéos et photos d’exemples isolés où le contraire s’est produit. Soit, mais comme l’a bien expliqué mon collègue du Globe Renart Léveillé, après 18 heures de travail, nous serions tous autant que nous sommes à bout de nerfs. Je n’excuse en aucun cas les gestes de violence des policiers ni ceux des étudiants : rien ne justifie la violence, absolument rien.

Alors pour sortir de l’impasse, ce n’est pas en perdant votre temps à organiser des manifestations en respectant la loi 78, même si vous vous en « câlissez » (comme le mentionnait un slogan).

Une hausse des frais de scolarité reste inévitable : tout augmente dans la vie, absolument tout. Pensez simplement au prix de l’essence, au prix des passes d’autobus/train/métro, au prix de l’épicerie. L’éducation ne fait pas exception à cette règle. Il y a cependant une marge entre le gel des frais et la hausse des Libéraux.

Mes chers étudiants, j’admire votre persévérance. J’ai cependant l’impression que vous avez perdu de vue l’origine de ce conflit. Entre vous et moi, la hausse des Libéraux n’était pas si terrible : 3-4 bières de moins par mois dans un bar et vous la payez au complet. En vous disant ça, je ne veux pas m’attirer des bosses, je veux ramener la réalité du pourquoi vous vous battez. Ce conflit, vous en avez fait une cause d’honneur, d’orgueil mal placé. Par contre, vous avez décidé de vous battre contre un gouvernement corrompu jusqu’à la moelle et vous avez tellement raison.

Vous voyez que les Libéraux ne plieront pas et ils se fichent d’être réélus : ils feront plus d’argent dans une entreprise du plan Nord. Alors prenez votre mal en patience et aux prochaines élections : sortez voter. Exprimez-vous massivement, faites de la prochaine élection un vote historique de la jeunesse. Même si vous n’avez aucune confiance en aucun parti, sortez pareil annuler votre vote. Et dites-vous que présentement, vous payez des taxes et frais de toutes sortes (TPS, TVQ, plaques automobiles pour les chanceux, de la RRQ, etc.) et vous ne faites que commencer. Dites-vous que tout ce que vous cassez (une minorité) vous le payez et vous mettez le reste de la population sur votre dos parce qu’ils rentrent travailler pour vous permettre d’étudier à un coût, ma foi, ridiculement bas.

Si vous trouvez ma position nébuleuse, vous avez raison. Pour vous l’exprimer clairement: je suis profondément contre la hausse des Libéraux et profondément contre un gel des frais de scolarités. Entre les deux : il y a un monde de possibilités et discutons-en.

Photo : radio-canada.ca