L’automne en images

J’aime mon Québec. On y traverse 4 saisons chaque année sur 60 degrés. Du changement entre l’éternelle chaleur et le froid intense de nos paysages blancs. Entre les deux, il y a l’automne. Cette saison riche en couleurs et parfaite en température nous permet de décrocher et de faire le plein d’images de couleurs fantastiques.

Chacune de mes photos sont retouchées pour les contrastes et l’intensité des couleurs. En effet, l’œil capte toutes les nuances de la nature, mais mes talents de photographe ont besoin d’un peu d’aide pour recréer ces moments croqués sur le vif.

Nous sommes allés nous promener dans Rougemont et ses environs, en Montérégie. Quel pays magnifique. Bon voyage!

_MG_4476_mod _MG_4479_mod _MG_4483_mod _MG_4486_mod _MG_4492_mod _MG_4505_mod _MG_4508_mod _MG_4521_mod _MG_4523_mod _MG_4526_mod _MG_4528_mod _MG_4535_mod _MG_4566_mod _MG_4577_mod _MG_4606_mod _MG_4632_mod _MG_4644_mod _MG_4657_mod _MG_4671_mod IMG_4608_mod IMG_4676_mod IMG_4678_mod

IMG_4551_mod IMG_4667_mod

Newport – Rhode Island : opulence par excellence

De retour d’un périple de 3 jours au Rhode Island. Plus précisément à Newport. Selon la route que vous prenez et la circulation, prévoyez 6h30 à 7h de voiture pour vous rendre. Je vous invite à suivre ce voyage en photos; dans cet État où les richesses témoignent de la réussite d’industriels d’une autre époque.

À notre arrivée, nous avons été agréablement surpris par l’abondance d’arbres matures. L’atmosphère ressemble aux vieux quartiers de Saint-Lambert par exemple. Les maisons entourant notre gîte (Bed & Breakfast) ainsi que le gîte lui-même rappelle une époque passée. Notre gîte est la maison jaune aux volets rouges. Charmant endroit et les déjeuners extrêmement copieux, je vous le recommande : The Beech Tree Inn.

_MG_3815_mod _MG_3823_mod _MG_3825_mod _MG_3835_mod _MG_3844_modAprès avoir déposé nos choses, nous sommes allés nous promener sur une des plages : l’eau devait être autour de 72 degrés. Parfait pour une marche, mais pour la baignade, on repassera. Nous avons été chanceux, il a fait plutôt beau ou nuageux. Ni trop chaud ni trop froid. Si vous voulez y aller dans le temps des grandes vacances, il doit y avoir du monde en pas pour rire. Pour notre part, nous étions très bien. Voici les images de cette fin de première journée.

_MG_3865_mod _MG_3877_mod _MG_3909_mod _MG_3989_mod _MG_4009_mod _MG_3996_mod _MG_4015_mod _MG_4031_mod _MG_4049_mod _MG_4054_mod _MG_4105_mod _MG_4134_mod _MG_4147_mod _MG_4153_modÇa vous donne le goût? Attendez, vous n’avez rien vu encore.

Imaginez-vous dans le temps d’Hercule Poirot : fin 1890 début 1900. Les premières voitures apparaissent, l’ère industrielle bat son plein. Les hommes s’enrichissent démesurément dans l’industrie des mines de charbon, de cuivre, dans l’importation d’épices de Chine. Les femmes s’occupaient de la maison, que dis-je, des manoirs, et des 40 employés tout en organisant des joutes oratoires plus inutiles les unes que les autres. Les commérages étaient légion, c’est tout ce que le monde avait à faire. Parfois on montait à cheval ou on jouait au tennis. On concluait des ententes sur la parole et l’honneur. Les temps ont bien changé.

L’État ne percevant pas d’impôt, tout l’argent allait directement dans les poches de ces magnats des mines et ces commerçants. 30 millions de dollars, en 1900, c’était tellement d’argent que ces hommes ne savaient presque plus quoi en faire. C’est dans cette atmosphère que je vous emmène. C’était l’odieuse époque de l’abondance pour soi. Je n’y vivrais pas, certainement pas, mais les vestiges restent d’une beauté impressionnante.

Dans une journée, si vous écoutez tous les détails de l’audio-guide de A à Z ou bien en haute saison : 3 maisons dans une journée, c’est réaliste. Puisque nous étions en basse saison et que nous voulions en voir le maximum, nous avons préféré faire le principal des audio-guides et nous avons vu 5 manoirs. Premier arrêt : l’immense demeure pour acheter nos billets et sa bibliothèque. Ça donne le ton.

_MG_4185_mod IMG_4183_modVoici quelques images prises dans le quartier entourant ces immenses manoirs.

_MG_4161_mod _MG_4164_mod _MG_4188_mod

_MG_4208_mod _MG_4209_mod

Les photos intérieures sont normalement interdites. Je n’ai pu en prendre qu’une avant de me faire avertir. Voici donc la seule photo intérieure du premier château que nous avons visité : le Elms.

_MG_4199_modVous êtes toujours dans l’atmosphère de richesses? À l’intérieur, tout est immensément chargé : les murs de 20 pieds, les rideaux en velours et autres tissus lourds et riches, des plafonds avec des poutres décorées et des ornements en tête d’ange, des œuvres d’art, et j’en passe. Voici l’extérieur du Elms.

_MG_4192_mod _MG_4193_mod _MG_4195_mod _MG_4198_mod _MG_4201_mod _MG_4202_mod _MG_4203_mod _MG_4205_modÀ l’époque, les apparences étaient tellement importantes, que des entrées cachées étaient aménagées pour recevoir la nourriture et autres marchandises sans que les invités ni les propriétaires ne s’en aperçoivent. C’est presque triste, non? Mais c’était les mœurs du temps.

_MG_4200_modLe second manoir, à mon goût, reste le plus sombre et le plus chargé de tous. Le propriétaire l’a nommé Château-sur-mer : il avait fait des études en France. Mais c’était noir là-dedans. Très riche, beaucoup de boiseries et de tissus imprimés à faire décoller la rétine. Mais ça, c’était comme ça à peu près partout : on était riche, il fallait le montrer.

_MG_4213_mod

Ensuite, nous avons visité The Breakers : riche, chargé, immense; à voir._MG_4218_mod_MG_4221_mod_MG_4231_mod_MG_4233_mod_MG_4237_mod_MG_4238_mod_MG_4248_mod_MG_4252_mod_MG_4256_modL’avant-dernière demeure s’appelle Rosecliff. La décoration de celle-ci était plus sobre, pour autant qu’on puisse être sobre !?! L’architecte en avait assez de voir des imprimés psychédéliques à chaque pouce carré alors il a voulu alléger le tout. Un peu. L’intérieur vaut le détour et les ornements font rêver.

_MG_4263_mod _MG_4264_mod _MG_4269_mod _MG_4270_mod _MG_4271_mod _MG_4279_modLe dernier manoir, mais non le moindre, s’appelle Marble House. Il porte bien son nom : cette maison contient 7 millions de dollars de marbre. Des dollars du début du siècle dernier. C’était le cadeau du propriétaire à sa tendre épouse pour ses 39 ans. Puisque les murs, plafonds, planchers sont en marbre, cette demeure était utilisée 6 semaines par année. Une maison d’été comme une autre. Malheureusement, le couple a divorcé quelques années plus tard.

Pour revenir à la demeure, un incendie a ravagé une partie de la maison. Pour réparer rapidement les dommages, un faux fini a été peint sur les murs réparés. C’est à s’y méprendre d’avec le marbre original. Par contre, une grande partie de la maison est intacte avec le marbre de l’époque. C’est ridiculement riche et à faire rêver. Ils avaient tellement d’argent qu’une pièce est vêtue d’une tapisserie en or 22 carats et une autre salle avait des bandes en platine sur les murs. C’est fou hein? Vous devrez vous y rendre pour voir ça. De toutes les demeures visitées, la plus impressionnante, c’est The Marble House.

_MG_4280_mod _MG_4284_mod _MG_4287_modÀ l’arrière, il y a une Tea House (maison de thé), une sorte de pavillon qui a une vue imprenable sur l’océan, similaire à celle de Rosecliff puisque ces manoirs sont voisins.

_MG_4294_mod_MG_4304_modÀ la fin de la journée, nous nous sommes promenés sur la route panoramique en prenant des photos ça et là pour le plaisir.

_MG_4436_mod _MG_4306_mod _MG_4317_mod _MG_4324_mod _MG_4345_modLe lendemain, nous nous sommes promenés sur la passerelle aménagée pour les piétons. Nous avions un autre point de vue que celui de la rue sur les résidences du collèges et sur les propriétés du bord de l’eau. La mer était sous nos pieds, de quoi prendre le large. Les soirs de tempêtes : ça ne doit pas être beau à voir; et en haute saison : ça doit être noir de monde. À l’automne, les feuillus s’habillent sans doute de leurs plus belles couleurs. Nous avons pu profiter de la tranquillité post-rentrée scolaire et du bruit des vagues. Magique.

_MG_4374_mod _MG_4378_mod _MG_4382_mod _MG_4395_mod _MG_4397_mod _MG_4407_mod _MG_4415_mod _MG_4418_mod _MG_4430_mod _MG_4370_modFinalement, avant de reprendre l’autoroute vers notre chez-nous, nous avons fait un petit arrêt à la marina.

_MG_4440_mod _MG_4442_modEn sommes, le Rhode Island cache des richesses magnifiques et les manoirs de Newport valent le détour. Un beau voyage très plaisant, surtout si la Température est de notre bord.

Point de vue oublié

C’est fou ce que nous pouvons nous promener sans regarder. Ou regarder sans voir. Comme certaines personnes écoutent sans entendre; ou entendent sans écouter.

Quand on se rend au travail, on marche, on fait son cheval de laitier : toujours la même chose. On ronchonne si ça ne nous tente pas ou si c’est lundi matin. On est de bonne humeur le vendredi après-midi, mais fatigué. En traînant mon appareil photo ça a été le festival du clic avant et après le boulot. Comme je travaille dans le Vieux-Montréal, ce n’est pas trop étrange étant donné la multitude de touristes qui y passent avec leurs appareils. Les photos d’aujourd’hui paraîtront plus tard, revenez me voir.

Pour le plaisir, j’ai rassemblé mes dernières images ici, croquées dans mon coin du Québec sur la rive-sud du fleuve et surtout à Montréal. Vous ne regarderez plus une fleur de la même façon. Ces couleurs semblent plus vraies que nature. À voir ou revoir, je pense; je les trouve jolies.

IMG_0781_mod 2205_Douceur Bourdon grandbasilois_Marilène Pilon_juilet 2014 IMG_0900_mod IMG_1027_mod IMG_1042_mod IMG_1062_mod IMG_1072_mod IMG_1096_mod IMG_1103_mod IMG_1143_mod IMG_1180_mod IMG_1244_mod IMG_1279_mod IMG_1288_mod IMG_1330_mod IMG_1371_mod IMG_1374_mod IMG_1387_mod IMG_1391_mod IMG_1439_mod IMG_1445_mod IMG_1448_mod IMG_1461_mod IMG_1618_mod IMG_1664_mod IMG_1707_mod IMG_1733_mod IMG_1745_mod IMG_1836_mod IMG_1843_mod IMG_1848_mod IMG_1850_mod IMG_1858_mod IMG_2086_modr IMG_2125_modr IMG_2128_modr IMG_2143_modr IMG_2153_modr IMG_2179_modr IMG_2195_modr Plus vraie que nature_Marilène Pilon juillet 2014 2354_Abri IMG_2274_mod IMG_2287_mod IMG_2289_mod

 

Chez-moi

Il y a quelques semaines, j’ai posé une question à mon père : parmi tous les appareils photos que tu as eus dans ta vie, ton préféré là, c’est ta grosse caméra noire des années 80, non? Et il m’a regardée avec des grands yeux et un immense sourire en faisant oui de la tête. Cet appareil photo pesait 3 tonnes et quart, mais c’est vrai qu’il était d’une très grande qualité. Sauf erreur, il s’était fait ce cadeau pour l’Expo 67. Dans ma grande naïveté, je lui ai posé une autre question : pourquoi tu ne l’as pas gardée alors? Il m’a répondu par une question : es-tu capable de trouver un film 35 mm toi?  J’ai bien ri de ma question et de sa réponse. Malgré tout, l’idée a germé dans mon esprit. Non pas pour trouver un film 35 mm, mais bien pour sauter encore plus loin dans le merveilleux monde de l’optique.

Dans la vie, je trouve important de se faire plaisir pour se faire plaisir. Alors, j’ai magasiné un appareil photo. J’en voulais un bon que je pourrais adapter à mon télescope.  J’ai donc demandé des conseils à quelques personnes qui affectionnent particulièrement ce loisir. Et j’ai fait mon choix sur une Canon 70D avec une lentille 18-200 mm. La prochaine étape est de ramasser mes sous pour me payer l’objectif pas achetable Canon 100-400 mm avec son filtre B+W 77 mm et le pare-soleil qui couronnera le tout. Si vous vous embarquez là-dedans, dites-vous que c’est un vide poche. Par contre, quand on sait compter, on y arrive très bien et la satisfaction derrière le plaisir de prendre des photos n’en est que maximisée. Quoiqu’il en soit, même avec une lentille 18-200 mm, cette petite machine réussit des merveilles.

Depuis plusieurs années, les appareils photos intégrés aux cellulaires font très mal aux compagnies produisant de véritables appareils. J’ai moi-même immortalisé mon voyage aux Bermudes au complet avec mon téléphone. Par contre, j’ai essayé d’améliorer le visuel d’une de ces photos à l’aide de Photoshop… Au secours! Il n’y a pas grand-chose à faire avec ça. Comme me l’a si bien dit un collègue photographe : les cellulaires sont excellents pour le souvenir, moins pour la photo.

Bien humblement, je vous présente mes premiers clichés réalisés chez-moi. Soit dans ma cour ou dans mon coin de pays, tout près de la rivière Richelieu et du Mont Saint-Hilaire. Ces photos, pour ma part, sont plus vraies que nature. Elles ne servent qu’à me faire plaisir; ni plus, ni moins. Elles m’ont fait sourire, rigoler, ronchonner (surtout quand Photoshop ne collabore pas à ce qu’il y a dans ma tête). Au bout du compte, je suis très heureuse des images ainsi réalisées. J’ai eu envie de les partager simplement pour le plaisir.

Vous imaginez ce que donnerait la Lune, Jupiter, Mars ou Saturne avec ça? Chaque chose en son temps. Pour l’instant, je vous souhaite un bon visionnement de mon chez-moi.

IMG_0016_mod

Prunius derrière la maison

IMG_0038_mod

Fleur sur le côté de la maison – j’aime l’effet clair-flou du focus

IMG_0042_mod

On dirait un feu d’artifice

IMG_0113_mod

Fèvier devant la maison

IMG_0139_mod

Hémérocalle devant la maison

IMG_0209_mod

Hémérocalle après la pluie

IMG_0288_mod

Le long du Richelieu. C’en est une qui m’a donnée du fil à retordre

IMG_0386_mod

Un plan de framboise perdu. Il était tout seul.

IMG_0414_mod

Mont Saint-Hilaire à droite

IMG_0431_mod

Pont pour les trains

IMG_0471_mod

Mont Saint-Hilaire

IMG_0533_mod

L’instant. La fraction de seconde de vie de la vague.

IMG_0640_mod

Pour ne pas me déranger, parfois, les bateaux ralentissaient devant moi. Au contraire, faites de la vague!

IMG_0724_mod

Déformation. Les beautés du ciel.

IMG_0054_mod IMG_0099_mod IMG_0155_mod IMG_0196_mod IMG_0222_mod IMG_0247_mod IMG_0293_mod IMG_0320_mod IMG_0407_mod IMG_0456_mod IMG_0586_mod IMG_0729_mod

Bermudes extra New York svp

IMG_1551C’était le temps des vacances pour nous. Nous revenons à peine d’une superbe croisière aux Bermudes. Les bateaux pour ce type de voyage prennent souvent le large à partir de la Floride. Cependant, certains départs peuvent se faire de Boston ou New York. Notre bateau, le Norwegian Breakaway sur la photo ci-dessus, nous a transportés aux Bermudes à partir de la Grosse Pomme. Je vous entraîne dans un voyage des plus reposants en photos à travers lequel certaines beautés de la nature se sont présentées à nos yeux pour notre plus grand plaisir.

Pour nous rendre à New York, nous avons utilisé le train. Si vous avez le temps, c’est un moyen très agréable de traverser la frontière : éviter l’attente dans les aéroports, on garde tous nos bagages avec nous, simple, abordable et plus confortable que l’autobus. Le seul inconvénient : c’est long, soit onze heures environ.  Avec la compagnie Amtrak, il y a un départ quotidien avec 2 arrêts au Canada : la gare centrale et la gare de Saint-Lambert. En gros, on y lit et on y dort. C’est à peu près ça.

Nous sommes arrivés à New York vers 21h la veille du départ du bateau. Nous avons déposé nos bagages à l’hôtel pour retourner sur Time Square pour souper à un de nos restaurants préférés : le Hard Rock Café.

IMG_0579

IMG_0582IMG_0581IMG_0580Certaines têtes ne savaient pas se retrouver au Québec la semaine suivante. Au lendemain de notre arrivée, nous nous préparons à embarquer dans un superbe vaisseau marin, faute d’être spatial, qui nous transportera pendant une semaine inoubliable. Le Norwegian Breakaway a un an. Il a 16 ponts et notre chambre était au 13e. Ce bateau est idéal pour des croisières en famille, entre amis et en amoureux.

Il y a trop de restaurants pour pouvoir tous les essayer dans un seul voyage, tellement de bars que vous seriez tous en train de ramper si vous prenez un verre dans chacun. Il y a des glissades d’eau, des spas, une piscine, une scène de spectacle, un cinéma, un spa détente, un coiffeur, une salle d’entraînement, un casino, des boutiques. Une scène extérieure, un terrain de basketball, un centre médical : c’est une ville flottante. Un feuillet quotidien est distribué pour détailler les activités de la journée. Vous avez évidemment le choix d’y participer ou non. Chose certaine, tous les jours passés en mer passent à une vitesse vertigineuse, sauf pour qui souffre de mal de mer.

IMG_0590 IMG_0604 IMG_0609Il y a des chaises longues partout sur les ponts extérieurs où nous pouvons profiter du grand air et du soleil. Nous avons été chanceux : 2 débuts de journées de pluie et le soleil s’est pointé après le déjeuner. Pendant le voyage, le bateau tangue, c’est certain. Dans les zones de basses pressions, ça brasse pas mal, mais le capitaine avertit les passagers dans ce temps-là. Par contre, plus vous êtes haut et au centre du bateau, moins vous sentez le mouvement. La première nuit demeure légèrement déstabilisante puisque le navire vogue plus vite et il tangue plus. Comme votre cerveau associe un lit qui bouge à un tremblement de terre, il stresse. Mais vous vous parlez, vous vous endormez et c’est fini pour le reste du voyage. Pour les gens sujets au mal de mer, je vous recommande d’aller voir au centre médical du bateau : les pilules font apparemment des miracles, mais elles endorment.

J’espère vous donner le goût de vous payer une croisière un jour, malgré le mal de mer. Malgré le prix un peu plus élevé, nous vous recommandons fortement une chambre avec balcon. En effet, sur un bateau de croisière comme le Breakaway, il y a toujours de l’ambiance : des enfants courant partout, des orchestres, de la musique, des cris, des rires et j’en passe. Toute cette vie très amusante demande tout de même, quelques fois, une pause. Et le seul endroit où vous pouvez trouver une pause en entendant la mer frapper la coque du navire sans aucun autre bruit reste votre balcon. Je ne m’en suis pas lassée une seconde même après des heures passées dessus. Voici des images imprimées dans ma tête pour longtemps vues de notre balcon.

IMG_1354IMG_1355IMG_1362IMG_1375Je ne vous ai pas dit : lorsque vous quittez New York pour le large, le vrai large, la grande mer, le grand océan Atlantique, c’est là qu’on se rend compte combien nous sommes chanceux d’être entourés d’eau aussi bleue. Il me fait plaisir de partager quelques photos, disons une petite partie du nombre incalculable d’images numérisées sur mon cellulaire, mais elles n’arriveront jamais à la cheville du sentiment de bien-être ressenti en regardant l’océan tout autour du bateau. Il n’y avait rien d’autre. Uniquement l’océan bleu marine. On comprend enfin cette couleur en la voyant dans l’Atlantique entre New York et les Bermudes. Et sûrement d’autres endroits sur la planète aussi, mais sûrement pas dans les eaux brunes du port de New York. Le premier vrai bleu qu’on voit me faisait penser à de la gouache : l’eau semblait épaisse et d’un bleu si royal qu’il était aussi pur que celui utilisé pour pigmenter la gouache.

Même si nous étions 3000 personnes sur le bateau, tout le monde se disperse alors vous ne vous marchez pas sur les pieds, mais il y a toujours du monde partout quand même. Votre balcon étant privé, vous êtes payés en vacances pour que vos yeux se perdent sur autre chose que sur un écran cathodique. Ce n’est pas merveilleux? C’est le paradis sur Terre. Et la nuit, le bateau émet énormément de lumière et les nuages étaient quand même présents, alors je n’ai pas vraiment remarqué plus d’étoiles qu’ici. Je vous confirme que la lune est toujours aussi belle là-bas. Continuons notre route.

Deux jours en mer nous conduisent au port des Bermudes, un territoire britannique. Tiens, ça me dit quelque chose ça. Le port a été aménagé pour accueillir les immenses bateaux de croisières comme le nôtre et un autre endroit sera bientôt aménagé pour que les yachts de millionnaires puissent venir dépenser leurs dollars si ça vous intéresse. Les Bermudes sont entourées d’une eau turquoise absolument magnifique. Voici quelques images du port.

port1 port2 port3 port4 port5Les Bermudes regroupent quelques îles reliées entre elles par des ponts. Il n’en manque qu’un, en cours de construction, afin qu’elles soient toutes reliées par la route. Pour vous déplacer, vous avez le choix entre les autobus ou les traversiers.

ferryVous pouvez aussi louer un scooter, mais attention : aux Bermudes, on conduit à gauche. Au début c’est très mélangeant, mais on finit par s’habituer et par arrêter de se dire, assis dans l’autobus : il va nous rentrer dedans! Pendant nos 3 jours au port des Bermudes, nous avons visités certains lieux très intéressants. Nous avons choisi un tour guidé d’environ 5 heures pendant lequel nous avons visité les cavernes des Bermudes. Oh là là. C’est très petit, mais c’est magnifique. L’eau que vous verrez est à la fois douce et salée : l’eau salée, plus lourde, se trouve sous 5 pouces d’eau douce, plus légère, qui tombe des stalactites. Les stalactites grandissent d’un centimètre cube par 100 ans. Deux enfants voulant trouver leur balle de cricket ont découvert cette grotte. Nous en avons vue une ouverte au public, mais les Bermudes veulent développer d’autres sites. Voici le couloir pour y descendre.

IMG_1077 Tout en bas, sans lumière artificielle, il y fait noir comme chez le loup. On ne voit même pas sa main à 2 pouces de son visage. Par contre, lorsque la lumière se pointe, on voit un spectacle à couper le souffle.

IMG_1080IMG_1083IMG_1085IMG_1103IMG_1102IMG_1089IMG_1090Ces stalagmites se trouvent sous l’eau. Vous savez le truc pour différencier stalactite de stalagmite? Moi je retient stalactite tombe et stalagmite monte. Ou encore stalactite – tête.

IMG_1094 IMG_1093Une dernière photo, ma préférée à cet endroit :

IMG_1078Sur le chemin, nous avons aussi vu le phare Gibbs.

phareDans le cadre de notre tour guidé, nous avons également visité l’aquarium et le zoo. Voici quelques spécimens photographiés dans ces endroits. Sans vouloir insulter les tortues, il y a des créatures plus jolies que d’autres.

IMG_1064IMG_1055 IMG_1043Un pneu…. vorace.

IMG_1044IMG_1031 IMG_1027 IMG_1017 IMG_1007 IMG_1004 IMG_1002La murène, je la trouve comique.

Durant tout le voyage, nous avons aussi eu la chance de voir de magnifiques couchers de soleils.

unnamedPassons aux choses sérieuses… Les plages! Le sable aux Bermudes est rose grâce aux coraux présents dans ses eaux.

IMG_1180Une autre plage a du sable plus fin. Le but en allant là-bas c’est d’en visiter plusieurs.

IMG_1237Voici des images prises sur 3 différentes plages visitées en 3 jours : Tobacco Bay, Warwick Long Bay et Horseshoe Bay. Il existe 3 tonnes de baies autour des îles, vous aurez l’embarras du choix. L’eau, les vagues, le sable, les rochers présentent des couleurs sublimes et favorisent la détente de chacune de vos cellules. Un état peu disponible en ville.

IMG_1124 IMG_1143 IMG_1149 IMG_1155 IMG_1160 IMG_1162 IMG_1170 IMG_1175 IMG_1182 IMG_1179 IMG_1187 IMG_1192 IMG_1227 IMG_1224 IMG_1241J’y retournerais demain matin. La vie sur le bateau, la tranquillité au large et les plages représentent une combinaison gagnante pour moi. Le bateau a levé l’ancre à 17h le dernier soir aux Bermudes. Le lendemain était la dernière journée en mer et un feu d’artifice a terminé le tout ce soir-là. Le lendemain matin, nous accostions à Manhattan.

Lorsque nous sommes revenus à New York, nous avions une journée à passer avant de reprendre le train. Nous en avons profité pour visiter le mémorial du World Trade Center et pour voir la nouvelle tour. Le mémorial est bien pensé : il s’agit de 2 grandes fontaines carrées sur lesquelles sont gravées les noms des gens ayant perdu la vie le 11 septembre 2001. Les fontaines sont construites sur les sites des anciennes tours.

IMG_1398 IMG_1397 IMG_1391 IMG_1393Quelques images de la nouvelle tour croquées au passage.

IMG_1400 IMG_1395 IMG_1384Aussi, nous avons terminé par la visite du porte-avions Intrepid combinée au petit pavillon de l’espace. En fait, le porte-avions au port de New York a vogué lors de la première et de la seconde Guerre Mondiale et lors de la Guerre Froide. Il a également aidé au repêchage de la capsule Gemini, d’où la présence du pavillon de l’espace. Quelques images générales de l’Intrepid.

IMG_1509  IMG_1445Il transporte plusieurs avions dont le Blackbird : un avion espion passant sous les radars et pouvant voler à la vitesse Mach 3 (3 fois la vitesse du son).

blackbirdLe porte-avions transporte également des hélicoptères. L’aspect intéressant des appareils qu’on y retrouve c’est la façon dont les ailes et les hélices se plient pour limiter l’espace occupé.

IMG_1458 IMG_1418 IMG_1413 IMG_1415Le pavillon de l’espace situé sur un bout du pont du porte-avions contient la première navette ayant ouvert la voie aux navettes Columbia, Endeavour, Challenger, Atlantis, etc. Il s’agit de l’Enterprise; pas le vaisseau de Star Trek. Cette navette est immense.

IMG_1483 IMG_1486 IMG_1482 IMG_1485 IMG_1489 IMG_1481Et nous sommes repartis le lendemain matin. En sommes, un superbe voyage beaucoup trop court, mais nous aurons l’occasion de retourner dans le sud, ailleurs, voir d’autres coins de la planète.

IMG_1547

Québecus – le Tanguy de Kanados

corde

Vous connaissez sans doute ce fameux film français : Tanguy. Pour vous rafraîchir la mémoire, c’est l’histoire d’un homme de 28 ans qui habite encore chez ses parents même s’il fait un plus gros salaire que son père. Ce film a tellement été populaire, qu’on appelle tout adulte habitant encore chez ses parents un Tanguy, pour en rire. Je vais vous raconter l’histoire d’un Tanguy que je connais. Il s’appelle Québecus. Peut-être aurez-vous envie de l’aider à le sortir de chez son père Kanados. Je n’ai pas réussi cet exploit encore.

Voyez-vous, Québecus est âgé de 30 ans. Il habite dans l’immense maison de son père. Il paye pension, quand même. Il verse en effet la moitié de son salaire à Kanados pour pouvoir demeurer dans le domaine familial. Québecus travaille toute la semaine et la fin de semaine il joue à ses jeux vidéos toute la journée sur sa grosse télé 62 pouces. Il reste confortable chez son papa Kanados. En réalité, il pense qu’il nage dans le bonheur. Il limite au contraire ses possibilités.

Kanados demeure un homme rusé et manipulateur. Il profite de son garçon. Que celui-ci lui paye pension ou non, ça ne changera rien à sa grosse maison : elle sera toujours là. Par contre, si Québecus quitte le nid familial, il y aura pas mal moins d’argent qui rentrera. Même si Kanados paye certaines dépenses de Québecus, il ne le garderait sûrement pas avec lui si Québecus lui coûtait plus cher que ce qu’il lui rapporte.

Kanados voyage à travers le monde. Il rencontre les plus grands et mène une magnifique vie. Il parle au nom de son fils, comme si Québecus partageait automatiquement ses idées. Or, Québecus demeure tellement endormi par ses jeux vidéos qu’il ne voit pas que Kanados saccage l’environnement et fait exprès pour parler une autre langue. Québecus ne comprend pas quand Kanados parle. Kanados le sait et espère que son fils continue de dormir dans son coin, qu’il paye sa pension et qu’il pense qu’il est bien avec ses 3 repas par jour et ses jeux vidéos.

Québecus, pour sa part, baigne dans ses illusions. Et oui, il continue de penser que Kanados a besoin de lui. Québecus a essayé deux fois de partir en appartement. La première fois, il n’était vraiment pas prêt : âgé d’à peine 17 ans, immature et sans diplôme en poche. La seconde fois, par contre, c’était il y a 5 ans. Il avait le pied dans la porte, il voulait quitter. Malheureusement, Kanados a utilisé sa ruse pour l’empêcher de partir. En effet, il lui a promis d’être gentil avec lui, de le couver et de lui fournir tout ce dont il a besoin pour bien moins cher que s’il partait. Kanados a fait peur à Québecus en lui disant qu’il ne saurait pas comment se débrouiller dans le monde, qu’il aurait une maison beaucoup plus petite que celle qu’il a présentement et qu’il n’aurait pas assez d’argent pour traverser les épreuves à venir. Comble de malheur, Québecus a plié. Oui, il reste crédule. Il ne s’en inquiète pas outre mesure, parce qu’il ne voit pas qu’il s’est fait berner par son père. Il a marché dans ses mensonges et a préféré rester dans la peur de papa plutôt que de voler de ses propres ailes.

Ce que Québecus a oublié, il y a 5 ans, c’est qu’il avait la possibilité de se libérer. Il aurait embrassé une liberté extraordinaire. Il aurait pu aller voir de quoi l’extérieur est fait, respirer pour lui au lieu d’être intubé par les mensonges de Kanados. Québecus avait la possibilité de parler en son nom avec sa langue, sa culture, ses idées qui demeurent diamétralement opposées à celles de Kanados.

Québecus a eu peur de prendre ses responsabilités. Une grande liberté reste intimement associée à de grandes responsabilités. Québecus a toutes les capacités pour vivre sa vie comme un Homme, pour prendre ses propres décisions, pour faire valoir ses idées. Un jour, j’espère, il comprendra qu’en restant chez Kanados il ne vit pas. Il demeure figé dans la peur; il vit en zombie.

Dans sa vie actuelle, Québecus regarde passer le train plutôt que d’embarquer dedans.

Image par phgaillard2001

N’en rajoutez plus, la lune est pleine!

En vedette, encore, notre satellite naturel : la lune. La nuit dernière, elle était à 2 secondes d’être pleine. Ronde dans toute sa splendeur! Cette lune reste extrêmement brillante alors les reliefs demeurent peu visibles. Je vous invite à comparer ces photos à celles de mon article précédent pour constater les différences. Pour jouer avec les images, j’utilise un logiciel me permettant d’ajuster les contrastes, les couleurs, les textures : RegiStax venant avec la caméra Neximage compatible avec mon télescope. Qu’à cela ne tienne, la lune a bien voulu être mon modèle l’espace d’une heure. Si lointaine, elle remplit l’objectif plus que ce que le client en demande.

Sur ce, bon voyage et profitez du modèle : elle est là chaque nuit. Levez les yeux et voyez au-delà de la Terre, ne serait-ce que pour prendre conscience de la beauté qui nous entoure et à quel point nous sommes chanceux d’avoir notre planète Bleue.

Image

Image

Image

Image

Image

Image